ARTéLABOR met en suspens son activité de conseil pour se mettre en quête de ce qui a motivé sa création : faire émerger ce qui, dans le travail, lui donne ce supplément d’âme qui le rend soutenable, voire réjouissant. Rendre visible et donner de l’importance à la dimension créatrice et poétique du travail, de tous les types de travail.

ARTéLABOR se lance ainsi à la recherche de l’expérience esthétique (au sens d’aesthesis, ce qui relève des sens, du sensible) au travail, celle qui nourrit les sens et le sens.